samedi 24 décembre 2016

CoupDeProjo: Jaune - Jaune


Les CoupDeProjo ce sont des chroniques courtes et chocs sur des trucs qui nous mettent des claques! Toujours en free download ou presque.

La Souterraine, vous commencez à connaître. Si vous êtes un suiveur attentif de Free&Legal vous savez tout le bien qu'on pense d'eux et êtes témoins des nombreux posts sur FB ou titres playlistés dans les #onceamonth de ces ultras de la chanson francophones. Si vous arrivés ici par hasard, vous avez peut être croisé ce nom underground dans les pages de Libé ou des Inrocks qui comme tout être normalement constitué prennent leur pieds à chacune des sorties de La Souterraine... si vous portez plutôt à droite, même Slate en a parlé en posant une question dont la réponse semble aujourd'hui une évidence: "La Souterraine, nouveau modèle de la chanson française?". 


Depuis 2 ans, la nébuleuse Souterraine - ne l'appelez pas label, ça l'horripile - qui se confond avec Mostla, Almost et quelques autres appellations d'origines incontrôlées, s'est imposée comme la référence suprême de la chanson francophone de qualité. Parfois incongrues, souvent pointues, toujours bienvenues, les sorties hebdomadaires enrichissent le paysage musical molièriste et n'en finissent pas de nous ravir les oreilles. Parmi nos récents coups de foudre, c'est bien au-delà du coup de cœur, citons Maud Octallin, Night Riders, Les Vilards, Institut, Le Manque ou Alligator... De toutes manières, on pourrait égrainer tous les artistes défendus par La Souterraine car depuis qu'ils ont mis en avant deux sorties de nos chouchous Baron Rétif & Concepcion Pérez on est éternellement reconnaissant et viscéralement attaché à cette maison troglodyte du bon goût! Tantôt en albums-tape, tantôt en (Semi-)compilations, La Souterraine explore les profondeurs de la chanson pour lui redonner ses lettres chevaleresques en sortant des sentiers rabattus pour porter à la lumière les étoiles qu'on espère pas filantes du véritable renouveau français. Osons la comparaison: Benjamin Caschera et Laurent Bajon, les deux têtes chercheuses et pensantes de ce projet f(l)ou, sont les Pascal Sevran du XXIème siècle, la naphtaline en moins, le bon goût en plus! #LaFranceAuxChansons



L'artiste qui nous intéresse aujourd'hui c'est Jaune et son album éponyme, fraîchement sortie, qui bénéficie d'une belle édition sur vinyle blanc. Pas grand chose à dire sur le bonhomme qu'on découvre (c'est le principe de La Souterraine, CQFD) et qui n'est pas très bavard sur son parcours. On peut simplement dire qu'il est batteur, vidéaste, membre de Tahiti Boy & The Palmtree Family et de quelques autres groupes électro pop, pote avec Judah Warsky - auteur de la chanson "Blessure de l'ego" qui ouvre l'album - et que Jean Thévenin aka Jaune puise ses influences dans une grande variété de genres, comme le laisse penser sa sélection pour Funk You Dear: pop déglinguée, folk enfumé, boucles saoulées, sauces latines épicées, orchestrations cuivrées mal léchées, et j'en passe sûrement... En mixant tout ça et en apportant une bonne dose de (post)-funk 80's avec des petits claviers délicieux, Jaune donne une identité toute particulière à son projet, nous plongeant dans un univers cotonneux, arc-en-ciel, un brin naïf, très délicat, parfois fragile, toujours efficace...


Comment ne pas succombez aux premiers titres, au potentiel tubesque déjà repéré par FiP ou Inter, nous plongeant d'abord dans un univers humide fait de Plancton interstellaire, nourriture de l'amour, de Blessure de l'Ego faisant office de baume anti-douleur apaisant, d'une virée dans la jungle électronique de Calais en passant par une visite vers le futur du Quai Branly, alors que Les Courants contraires nous poussent dans un Élan ténébreux à nous démembrer sur une piste de danse un poil étrange, refuge aux odeurs de transpiration suspendue à un fil dans un vide abyssal. La Souterraine croit tellement en son poulain qu'elle l'autorise, ô sacrilège!, à un titre anglophone sur Season! Inévitablement on pense à Etienne Daho, Christophe, Michel Polnareff, Alain Chamfort et un peu à Brigitte Fontaine... on ne peut que souhaiter le même succès à Jaune qu'on laisse cependant briller de sa propre lumière et qui est avant tout à découvrir pour lui-même...

Pour conclure, soyez curieux, supportez La Souterraine et ses poulains et surtout, achetez des disques! 

 LA SOUTERRAINE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire