mardi 13 septembre 2016

Dans les bacs du bar@disques #2

Wayne Shorter, Super Nova, 1969

Les chroniques du bar@disques, suite. Disquaire itinérant sur Nantes et ailleurs, Christian tient sa baraque à bacs comme on tient une bonne cave: plaisirs variés, connaissance des produits, amour des artistes, don du récit. Sur le marché de Talensac, à l'Alter Café, sur Discogs ou partout où peuvent le porter les bonnes ondes musicales, il fera rougir de plaisir les diamants de vos platines! 

Géant du jazz et du saxophone, Wayne Shorter est issu comme un certain Miles Davis de la bourgeoisie noire américaine. Il commence par étudier la clarinette avant de passer à son instrument fétiche, le sax ténor avec lequel en 1959, il devient la cheville ouvrière des Jazz Messengers d’Art Blakey. En parallèle, il enregistre déjà en leader et en sideman pour le compte du label Vee Jay. En 1964, il intègre le quintet du grand Miles dont il finit par écrire la plupart des morceaux. Avant de fonder Weather Report en 1971 avec son acolyte Joe Zawinul, il signe pour Blue Note le premier tome d'une trilogie de disques consacrée à l’univers du jazz fusion. Super Nova reflète à merveille les pensées de Shorter qui évoluent à cette époque vers des préoccupations moins formelles que coloristes ainsi que son intérêt pour le saxophone soprano et les musiques extra-jazzistiques. Dispo en LP dans les bacs du bar.


Comme un bonheur n'arrive jamais seul, notre collaboration avec Le bar@disques va vous permettre, à vous lecteurs assidus (ou occasionnels, du coup ça fonctionne aussi) du blog, de bénéficier d'une remise exceptionnelle de 20% sur votre première commande passée auprès de ce cher Christian. Pour cela, rien de plus simple: utiliser le code promo "BAD16" et mentionner Free&Legal au moment de passer à la caisse (faites le par message privé si c'est sur Facebook, merci d'avance).

Le bar@disques

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire