mercredi 9 mars 2016

Les chroniques d'Alex: RVB aka Racailles de Basse-Ville - La Pastorale


Retour des chroniques d'Alex avec un groupe qu'on a mis moins de 30 secondes à adorer et qui devrait figurer en bonne place dans le RapOrama que l'on va prochainement consacrer aux cousins Québécois...On me dit par ailleurs que cela devrait sortir en support physique très vite!

Tabarnak, me dis-je quand j'appuie la première fois sur le play! Ah oui là, j'arrive direct sur la terre de feu René Angélil et de sa Las Vegas de femme! Dépaysement total! Nantes/Québec sans escale en 5 secondes sur le prestataires de voyage RBV airline !

RBV est un groupe Montréalais qui renvoie Darwin à ses singes, à ses singeries génétiques. Le groupe hip hop francofunk québécois comme il s'estampille sur leur Bandcamp (https://racaillesdebasseville.bandcamp.com/releases) déploie une poésie décalée et ciselée sur les mœurs d'aujourd'hui en empruntant aussi bien aux sons d'autan qu'aux breaks d'aujourd'hui, en gardant toujours en bandoulière une folie identitaire communautaire, un drôlatique mantra tribal : « un esprit sain dans un corps singe ».

Tabarnak, RBV balance ses mots stridents de branche en branche, et en est à son deuxième coup de grâce. En effet, sorti en janvier 2015, leur premier EP s'appelait justement La Poésie Des Singes:



Le deuxième petit singe musical vient de sortir et a été baptisé La Pastorale par les 6 pères du crew : Chaperdu, BizarreMoinsQuart, Vilblai, Clean jean, Greg bell, Bad Boutch.



RBV fait du hip-hop montréalais, du rap décalé à califourchon sur un animal hybride, mi caribou, mi singe, mi cheval, mais toujours entre la France et le Québec, et toujours avec les sacoches remplies de poésie et d'instrus qui claquent sur les Grands Lacs. Les camarades tapent dans tous les styles pour confectionner des instrus groovy, funky, world, oldschool. Des inserts révolutionnaires enchaînent sur des drums électroniques bien distillés, des rythmes west coast se posent à la cool sur des pédales wha wha, des reverbs folles dans les herbes hautes donnent du corps à des textes césurés au poil de nez.


Comme dans une grande boîte de maître chocolatier de Noël on ne sait jamais sur quoi on va tomber, et pourtant à chaque fois on est heureux et surpris par l'enrobage et l'intérieur fondant des chansons. Des tracks qui parlent du système, de la vie, de l'amitié, de l'amour, de la condition humaine au sens large, et toujours avec des jeux de mots bien sentis au goût de miel tranquille. Tabarnak et respect !


Les paroles sont précises, le fond est d'actualité, la forme est originale, l'humour omniprésent et les instrus harmoniques créent un album imparable de bout en bout, un ovni rigoureux et léché. Pour nous les frenchies, l'accent Montréalais devient ici chantant, rappant, enivrant. On a envie partir avec eux se rouler dans la neige Nord américaine tout en se promenant bucolique dans les petites rues du vieux Paris. Pourquoi? Car RBV se paie le luxe de reprendre le grand Georges dans une interlude singulière, pas le président, le poète à la moustache, ça va de soi!


En résumé, faites le voyage avec moi grâce à RBV vers les contrées Montréalaises! Je vous promets que Céline ne sera pas là. Avec RBV, je vous assure dépaysement, folie ordinaire, accent chantant, qualité musicale et littéraire, joie et convivialité grâce à ce crew fort sympathique à l'écoute.


 Je vous embrasse à la volée avec un pot de sirop d'érable et j'appuie de nouveau sur écouter en souriant!
A bon entendeur,
Tabarnak!
Alex.

Liens:
RBV aka Racailles de Basse-Ville: bandcamp / soundcloud / facebook / youtube

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire