samedi 5 mars 2016

Cotchei & The NCY Milky Band - 6 Pieds Sous Terre (Video Premiere)


Les revoilà! The NCY Milky Band, qu'on pourrait présenter comme le Jazz-All-Stars du label nancéien Black Milk Music, chroniqués pour leur premier projet, Holidays, en 2014 chez les copains de Radiochantier, est de retour et ça nous émoustille les esgourdes! Cette fois ils ne sont pas seuls mais accompagnent le brillant Cotchei (membre des Gars du Coin et du Saloon, deux collectifs lorrains, et animateur du show radiophonique "Les Hommes de L'Onde" sur Radio Graffiti) qui apporte ici son flow aussi technique que mélodique au quatuor instrumental qui devient le temps d'un EP trois titres un formidable quintet vocal. Pour tout dire on avait déjà adoré passé Une Nuit A La Santé avec ce jazz club des cinq et c'est avec une joie non dissimulée qu'on s'est jeté sur leur nouveau projet commun intitulé Ascenseur sorti le 19 février dernier, déjà playsité dans le #onceamonth de février avec le titre Les Pieds Sur Terre.



Ce nouveau projet se conçoit comme une trilogie, il convient donc de commencer par le commencement ; n'est pas Georges Lucas qui veut, mais la force c'est certain est avec eux. L'Ascenseur c'est l'histoire en trois actes d'un "gribouilleur en quête de sens" racontée par Cotchei, mise en musique par le NCY Milky Band (David Sireyjol, Hung Ton, Le Serveur et Adrien Lega) et en images par Marie Léon. Un concept-album, comme on disait jadis, où chaque acteur apporte sa pierre au récit des aventures de ce drôle de personnage émotionnel sans allure ni ceinture, sans sexe ni chaussure mais qui peut, dans son costume une pièce, rire ou pleurer d'un simple roulement de tête... La Tête Dans Les Nuages, c'est lors une fin de week-end heureusement routinier que débute le conte de la bande de l'Est qui nous entraîne au train de la note bleue dans un univers naïvement coloré, entre onirisme et réalité et où quand Cotchei tousse ses rêves il se sent pousser des ailes dans le zef de l'Est!

 
Alors que le dessin de Mlle Léon se passe dans un monde toujours aussi immaculé mais qui a perdu ses touches de couleur, et pendant que la session du NCY Milky Band s'encanaille avec gravité et que ses musiciens font battre les chœurs, Cotchei, lui, toujours aussi habile dans les variations phoniques et volubile dans la richesse du lexique, gravitant quelque part entre réalisme fantastique et romanesque homérique, use de mots qui se font plus sombres, qui saccadent sévère ; sa respiration est plus rapide, on craint l'étouffement ou la crise cardiaque, car la "récré est finie" et les affaires de notre personnage se compliquent un poil avec un retour brutal à la réalité du monde: Les Pieds Sur Terre! hurle le MC de Nancy. Trop de choses à faire mais jamais assez de temps, la course contre l'horloge biologique semble perdu d'avance, emmêlé dans la folle danse de petites et grandes aiguilles digitales qui auraient perdu tous leurs sens. Les démons de l'insomnie guettent notre héros qui semble perdre son âme dans une fusion schizophrénique du burn-out et de l'hyperactivité... il a les pieds sur terre, mais pas pour longtemps. "L'homme est un loup pour lui-même" et c'est ici qu'on notera la présence d'El Lobo parmi les voix secondaires qui accompagnent la descente d'Enfer, devenant progressivement irrémédiable, de notre naïf angoissé, jusqu'à la signature volontairement contrainte d'un pacte à la Faust avec l'homme que l'on nomme Belzébuth, le récupérateur d'âmes dans le vague.


Place maintenant ("enfin" diront les détesteurs de prose sans fin) à l'acte final, celui qui nous intéresse le plus ici car généreusement offert par l'équipe de Black Milk Music (merci Jo') en exclusivité pour vous chers lecteurs et suiveurs de Free&Legal, pendant quelques heures, avant la diffusion en mondovision de l'ultime épisode animé de cet Ascenseur vertigineux qui passe en à peine un quart d'heure des cieux de l'Olympe aux profondeurs du Styx. A la manière de Dante, Cotchei nous embarque dans une visite infernale, mais pas banale, du monde souterrain, forcément sombre mais pas si effrayant que les Écritures peuvent le laisser penser. Et si observer notre planète par le cratère d'un volcan à peine éteint offrait de nouvelles perspectives sociétales, et si on nous avait menti sur ce qu'était l'Enfer, et si ce n'était pas les autres qu'il fallait renvoyer chez eux mais soi-même, pour une introspection salvatrice et vivifiante? Si on pouvait à la fois être ange et démon, si on pouvait finalement n'être que des individus "lié au bien et au mal comme le yin et le yang"? Moins glauque mais tout aussi esthétiquement réussi qu'un épisode de Six Feet Under, cette balade dans les ténèbres ou tentative d'exorcisme contre l'égotrip-centrisme, à coup de chorégraphie shaolinesque en costume de lapin blanc géant, nous révèle la véritable mission de Cotchei et ses amis: rendre ses lettres de noblesse à la poésie urbaine qu'est le rap, en jouant avec les mots autrement qu'en insultant ses pairs, la justice ou sa mère. Tel un Don Quichotte de Lorraine, Cotchei trouve les mots justes, en piochant dans son environnement direct en famille, devant la pub ou sur le trône ("Dès que quelqu'un me semble dire quelque chose qui peut être transformé en jolie rime, je me dis pourquoi pas. Tous ces trucs bizarres qui traversent mon esprit, j'aime les convertir en musique. En rime, ça parait plus censé." nous dit-il), pour tenter de rappeler au monde que le rap n'est pas qu'un "je" ou un "jeu" mais qu'il "a la portée pour apporter d'une voix portante des trucs apaisant (l)a haine".

Le monde des Merveilles a fée Clochette
Le monde émerveille capt’n Cotchei



Née d'une rencontre un peu fortuite (Louis Treffel, pour vous Serveur, a vu Cotchei monter sur scène à l'appel d'un artiste dont il a oublié le nom "c'était fat" et il lui a proposé de poser sur le premier projet du NCY Milky Band) et de connaissances en commun, la fantasmagorique collaboration des funky jazzmen et de la plume virevoltante place Nancy sur la carte des projets excitants à suivre de très près. En écoutant cet Ascenseur émotionnel on pense évidemment à nos chouchous BadBadNotGood mais aussi à un Saul Williams unplugged, aux Jazzmatazz de Guru, à un jeune Rocé ou à tout autre projet de qualité cherchant à faire du bien à la planète Hip Hop. Passion funk à la Daptone et goût de la belle rime chère à Solaar, Prévert ou Brel, sont les principaux ingrédients d'un travail qui respire la complicité grâce à une écriture quasi-simultanée et surtout concertée de la musique et des textes. Offrir du rêve aux jeunes gens et les inciter à faire des trucs avec leurs couilles ("Ayons les couilles de faire des trucs putain!" est l'expression exacte du sieur Cotchei). De cette expérience une amitié semble être née et la collaboration entre les zicos de Black Milk Music et les rappeurs des Gars du Coin devrait se poursuivre avec de nouvelles sorties prochainement. On ne peut leur souhaiter que de réussir à diffuser leur "univers plus envoûtant et moins égocentrique" (Louis) au plus grand nombre, nous, en tous cas, on sera là pour les soutenir et vous tenir au courant!


Ascenseur c'est encore (et comme toujours?) une belle réussite pour l'écurie Black Milk Music qui d'après nous ne bénéficie pas de l'éclairage que mériteraient la qualité et l'éclectisme de leurs efforts. Si MA Beat! commence à faire un peu plus parler de lui, on se demande ce qu'attendent les grands diffuseurs de nouvelles musicales pour exposer davantage ses autres poulains Le Serveur, NCY Milky Band, The Fat Badgers, Whateverest ou LTF. Et après on se plaint de l'affligeante nullité des Victoires de la Musique et la perpétuelle suprématie des Grammys: on n'en est peut être pas encore là pour les Nancéiens mais si personne ne donne sa chance aux meilleurs artisans du sons de notre belle province comment peut-on espérer un jour se réjouir d'entendre une musique ouverte et déformatée sur les ondes moyennes? Le seul moyen dont nous disposons, pauvres amateurs passeurs de musique c'est de partager leur travail, de le faire découvrir à nos amis, virtuels ou non, et enfin d'acheter leurs disques! Le CD de Cotchei & The NCY Milky Band, avec sa belle pochette signée Louis Somveille, est disponible au prix dérisoire de 5 euros alors que pour 20 euros vous pouvez en plus vous offrir un des magnifique t-shirts inspirés du travail de Marie Léon (la réalisatrice du clip, vous suivez ou pas?). 

Profitez du son et n'oubliez pas l'essentiel: Support The Artists!



Liens:
Cotchei: facebook / bandcamp / mixcloud / soundcloud
The NCY Milky Band: facebook / bandcamp / soundcloud
Black Milk Music: facebook / soundcloud / bandcamp / site / twitter / youtube
Marie Léon: site / tumblr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire