dimanche 7 février 2016

Les chroniques d'Alex: Quelle Chris - Lullabies for the Broker Brain


Alex s'attaque sans se poser de question à l'un des artistes phares du label phare du hip-hop underground: Quelle Chris de Mello Music Group, qui offre régulièrement des free downloads (un par sortie en général) et qui est donc régulièrement playlisté dans les #onceamonth. Pour nous c'est tout bonnement le nouveau Stones Throw: des questions? Lisez la chronique!

Chronique Number six Niggas ! Juste pour vous prouver qu'on maîtrise un tant soit peu la langue de Barack Hussein Obama II ! Quelle Chris n'est pas une interrogation erronée dont on aurait par mégarde oublié le fameux point d'interrogation cher à nos amis professeurs.
Quelle Chris est un ingénieux et talentueux rappeur/producteur de Détroit qui enchante par son originalité, ses beats et ses instrumentaux finement arrangés et ravageurs, son éclectisme et sa touche jazzy atmosphérique si singulière. L'afro-américain originaire du Michigan, casquette colorée ostentatoire vissée sur la caboche, grosses lunettes globulaire version académicien déclinant (pléonasme!), et bouc proéminent, dont la réputation n'est plus à faire Outre-Atlantique, n'est pas un néophyte ingénu de la scène rap underground américaine. Le mec a de la bottle de Coca ou de Budweiser sous le coude et possède déjà 6 ovnis musicaux dans sa besace de compositeur - arrangeur - rappeur – producteur – bidouilleur, et j'en passe : « Innocent country » - « Ghost at the finish line » - «  Niggas is men »...



Une casquette ne suffit pas à décrire le phénoménal Quelle Chris. Sur son Bandcamp, vous constaterez par vous-même que le Nigga du nord-ouest américain côtoie l'excellence à chaque saillie musicale. Il rappe, il remixe, il boucle, il sample, il compose, il produit, il étonne, il n'est jamais là où on l'attend et l'entend, et ça fait tout le charme du prodige. Impressionnant! Quelle Chris envoie du FAT!



L'homme charismatique de la Motown city, déploie ici ses ailes avec son 7ème projet perso qui sortira le 26 février. Son album, « Luluballies for the broken brain » dont le bonus track I'm the bridge you must burn feat. Bilal Salaam, seul titre accessible sur Bandcamp, laisse présumer encore à nos oreilles sirupeuses une nouvelle claquounette auditive AOC d'underground hip-hop. Ce titre cristallise à lui seul une vision jazzy breakée de hip-hop psychédélique et novateur. Une harmonie vaporeuse et bancale sert de trame de fond à ces 6m23s de doux bonheur. La voix de son acolyte New-Yorkais est comme posée sur de la soie. A la fois chantée, légèrement rappée, et complètement envoûtante, elle serpente sur un nuage magique, vous enveloppe dans son vaporeux cocon. L'auditeur que vous êtes sera comme un bébé suricate à l’affût et bercé par une mélodie bancale chaloupée qui semble ne tenir sur rien de prime abord, mais qui pourtant vous entraîne pendant 383 secondes vers le paradis.



Ce petit génie de la composition pourrait entrer au panthéon des artistes hip-hop estampillés Blue Note par exemple,tellement son talent irradie dès la première écoute. Osons-même le comparer au meilleur de la folie instrumentale de notre chouchou boulimique Madlib et de son exceptionnel « Shades of Blue », à la pureté créative de The Philadephia Experiment, et au talent de composition de The Roots.



"Ceci n'est pas une pipe" conceptualisait René Magritte, Quelle Chris devient donc une question ouverte pour cette chronique. Je vous la pose. Après écoute, comment pourrez-vous ne pas apprécier son travail ? Tout « connement » en passant à côté de son Bandcamp ! Si vous écoutez, vous serez foutu, comme on dit vulgairement chez les djeuns, et ce sera tant mieux pour vous, pour nous, pour le hip hop underground en son essence. Quelle Chris est doué, très doué, tout bonnement, et on ne peut rien y faire, si ce n'est l'écouter.

Avec Quelle Chris? Yes, we can, s'exclamera Barack au pupitre, face à coin coin et sa « Trump »!

Promis, juré, rappé, avec le prodige de Detroit vous jouez sur du velours.
A bon entendeur Goodbye...
Write you soon...
Alex.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire