lundi 14 décembre 2015

Lowschool - /// (Indé)


C'est le retour des deux singes de Lowschool, un peu plus de deux ans après leur dernier projet (entre-temps ils nous avaient offert un EP de remix avec entre autres Wone2, Le Parasite, Dj Duke et Audace au casting s'il vous plait) et déjà évoqués à plusieurs reprises sur Free&Legal notamment avec le sublime "Peaux Rouges" dans la récente Westenification. Si le temps passe, la fureur et l’énergie du groupe reste la même tant dans le flow de Wush, le "diseur de rimes" que dans les instrus de Gary, "le faiseur de sons" même si on note une nouveauté avec Mme Latipik dans le rôle de la platineuse artistique: scraaatch!
Sobrement intitulé "///" (comme 3, parce que c'est le 3ème album du groupe, la logique est implacable !) ce nouvel opus des hommes aux masques de singes offre 10 titres de haute tenue qui montre, mais on n'en doutait pas, que le scène rap francophone se porte à merveille (en particulier sur Nantes, avec en plus de Lowschool, les lascars du Square des Provinces ou Meïs qu'il faut absolument écouter) pour peu qu'on cherche au bon endroit (les RapOrama seront d'ailleurs de retour dès le début de l'année 2016)!



Après leur fracassante sortie de la brume qui met les poings sur les e-cons et rappelle l'aspect essentiel de l'underground (ils en remettent une couche sur "Indépendant"), les gorilles s'interrogent plusieurs fois sur l'écriture et  plus généralement ce que signifie être rappeur en 2015 ; ce qui n'est pas pour nous déplaire tant on se plaît à continuer de vieillir avec cette musique qui a conditionné une partie non négligeable de notre jeunesse et qui semble aujourd'hui, dans la sphère médiatique grand public, qui avait encensé en leur temps IAM, NTM ou Les Sages Po, juste bonne à récurer les chiottes d'une discothèque de campagne: le tubesque "La nuit dernière" avec son refrain lalala et son instru bien funky, le plus mélancolique "Avec le temps", l'intransigeant "Au mic j'donne" et le magnifique "La recette" offrent des éléments de réponse plus que rassurants quant à l'avenir du rap notamment avec cette maxime à laquelle on adhère totalement: "tu peux pas occulter hier si tu veux fabriquer demain"! 


Autre thème récurrent de l'album, la classe politico-médiatique, passée au papier de verre sur "Grains de sable", "Encore une soirée pluvieuse" ou le surpuissant "Rien à foutre" qui rappelle bien le goût du duo pour le rock qui tâche! Là encore on est dans une musique qui a quelque chose à dire, qui le fait bien et c'est à souligner dans une époque où l'indolence et la médiocrité semble reines. Avec Babel on termine en apothéose avec pléthore d'invités et une orgie orientale jouissive! Pour ne rien gâcher le groupe fait aussi les choses en beau avec des CD imitation vinyl qui a 5 euros l'unité sont quasiment donnés.
Support the artists!

Pour ceux qui en veulent plus on vous renvoie sur l'émission de Prun' Ghetto Blaster où Wush se dévoile un peu plus dans une interview et un live qui tabassent bien!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire