mercredi 21 mai 2014

BadBadNotGood, les 3 petits cochons du jazz [LCPR023]


Un des évènements de l'année c'est la sortie, sur le label Innovative Leisure, du premier véritable vinyle (il y a eu quelques galettes éditées en éditions très limitées) du groupe de jazz le plus barré et le plus controversé de cette décennie: BadBadNotGood aka BBNG. Originaire de Toronto, le trio (Sowinski, Tavares, Hansen) d'une soixantaine d'années cumulées, a tapé un grand coup en 2011 en sortant, sur Bandcamp et en téléchargement gratuit, leur premier album, "BBNG", qui marquait d'emblée leur griffe, acérée sur les bancs de l'université en 2010, en s'attaquant aux monument (JDilla, ATCQ, etc...) et à la nouvelle vague (le label OddFuture en tête) du hip-hop par la déstructuration des codes du jazz (que qui leur valu les foudres de leur prof' et des conservateurs de la note bleue...)! La science du buzz de Tyler, The Creator et Gilles Peterson a fait le reste pour que le groupe explose à la face du monde musical. Fan de la première heure et tout heureux de posséder enfin un vinyle estampillé BBNG, on se devait de célébrer cette sortie par une présentation de "III" et une petite compilation "F&L"...

"Le jazz n'est pas mort, c'est juste qu'il a une drôle d'odeur" 
Franck Zappa

BBNG at home!
En distillant des morceaux de "III" depuis le début de l'année (CS60, Hedron puis Can't Leave The Night, Sustain et enfin Kaleidoscope la veille de la sortie le 6 mai dernier) le groupe avait suscité chez nous et sur les réseaux sociaux une incroyable attente...assouvie dès les premières notes de "Triangle" qui ouvre l'album et sur lequel on retrouve ce "son" si caractéristique où les influences se mêlent tellement qu'on peine à les identifier...ni tout à fait jazz, ni vraiment hip-hop ou rock mais tout à la fois dans une ambiance unique, propre au groupe qui fabrique sa musique sans se soucier des genres..."Je ne sais pas quel est notre style. Je dis juste que c’est de la musique. Je ne dis pas que je fais partie d’un groupe de jazz, je dis juste que je suis dans un groupe" dixit Matt Tavares, le pianiste (source). Pour nous convaincre "Can't Leave The Night", qui fait office de tube, nous plonge dans l'énergie furieuse de BBNG, celle qui fait se déchaîner les foules lors de leurs lives bouillants, qui ferait une B.O. idéale pour un James Dean du XXIème siècle à bord d'un bolide cabriolet dans la fade blancheur des luminaires des avenues de L.A... (ah on me dit dans l'oreillette que Paul Walker a tenté l'expérience il y a quelques mois...) Superbe! Sur "Confessions", les notes bleu prennent de l'épaisseur grâce à la clarinette de Leland Whitty également invité sur "Eyes Closed" où cette fois c'est sa contrebasse qui prend à merveille le relais du guitariste Chester Hansen. Entre les deux, "Kaleidoscope" offre une bonne dose de psychédélisme, très pop par moments avec un final qui peut faire penser à du David Axelrod, et frénétiquement rythmée par Alexander Sowinski, le batteur et troisième larron du groupe...un deuxième tube donc! Avec "Hedron" et "Differently, Still" le groupe semble vouloir faire la paix avec la grande famille du jazz en proposant des morceaux plus classiques dans leur conception et leurs sonorités même si on n'échappe pas, et on en s'en régale, à quelques envolées délirantes sur le premier et que le titre du second sonne un peu comme une gentille provocation. Le début de "Since You Asked Kindly" rompt brutalement le traité de paix signé par le titre précédent et nous envoie sur les dancefloors avec un hymne dance, très 80's, qui ne devrait pas tarder à éveiller l'appétit des remixeurs en tous genres...à écouter très très fort, sous les stroboscopes...effet garanti! "CS60" qui était le premier extrait proposé en janvier, vient clore l'album avec une des montées en pression dont le groupe a le secret...Pour résumer, "III" a largement comblé nos attentes (même si on n'y retrouve pas de jazzification de standard hip-hop) car il reflète parfaitement ce qu'est BBNG, un trio nourri d'influence diverses (écoutez ce MIX pour vous en convaincre), formé aux techniques du jazz, mais qui cherche perpétuellement à créer son style sans se soucier des codes ni des qu'en-dira-t-on: c'est ce qu'on appelle des artistes non?

Écouter et acheter 'III' sur Innovative Leisure:


Le groupe, en plus d'avoir une mauvaise réputation (relative) dans le milieu du jazz, aime bien apparaître avec un masque de tête de porc il était donc tout naturel pour nous d'intituler cette sélection "Les 3 petits cochons du jazz". Vous y trouverez des extraits des différents albums de BBNG proposés au téléchargement gratuit et légal (exception faite du titre "Seven" en featuring avec Tyler, The Creator, extrait du bootleg BBNG vs Odd Future). Tous les tubes du trio canadien sont présents avec les reprises des grands classiques du hip-hop (Fall in Love, Brooklyn Zoo, Electric Relaxation) ou des petits nouveaux (Earl, Camel) en live ou en studio. Le terrible morceau "Listeriosis" est aussi l'occasion de faire une petite dédicace au Blues du Robot qui utilise ce titre comme jingle dans son émission du samedi. On a cherché à faire un ensemble pêchu et dynamique...on espère que ça vous plaira et que cela vous incitera à vous pencher de près sur le cas Badbadnotgood...SUPPORT THE ARTISTS!

Le mix:


Les liens de téléchargement:
Suivre le groupe:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire